Ů

Skip to main content Skip to local navigation

Les abeilles mellifères sont confrontées à de multiples facteurs de stress qui affectent leur santé

Les abeilles mellifères sont confrontées à de multiples facteurs de stress qui affectent leur santé

Home » Category Listing » Les abeilles mellifères sont confrontées à de multiples facteurs de stress qui affectent leur santé

Les abeilles mellifères sont confrontées à de multiples facteurs de stress qui affectent leur santé

TORONTO, le 17 avril 2024 – Selon une nouvelle étude de l’Université York, il ne s’agit pas d’un seul pesticide ou virus qui stresse les abeilles domestiques et qui affecte leur santé, mais plutôt de l’exposition à un réseau complexe de multiples facteurs de stress en interaction rencontrés lors de leurs activités de pollinisation et de butinage des cultures.

De nombreux scientifiques ont été incapables d’expliquer l’augmentation de la mortalité des colonies, même après des décennies de recherche examinant le rôle de pesticides spécifiques, d’acariens parasites, de virus ou de génétique. Cela a amené l’équipe de recherche à se demander si les études précédentes manquaient quelque chose en se concentrant sur un seul facteur de stress à la fois.

Headshot of Amro Zayed
Amro Zayed

 « Notre étude est la première à appliquer des analyses au niveau des systèmes ou des réseaux aux facteurs de stress des abeilles domestiques à grande échelle. Je pense que cela représente un changement de paradigme dans le domaine parce que nous avons souvent concentré la recherche à trouver l'unique problème majeur, le pistolet fumant », déclare l'auteur correspondant du nouveau document, Dr. Amro Zayed, professeur à la Faculté des sciences de l’université de York, titulaire de la chaire de recherche en génomique (York Research Chair in Genomics). « Nous constatons que les abeilles sont exposées à un réseau très complexe de facteurs de stress qui évoluent rapidement dans le temps et dans l’espace. C'est un niveau de complexité auquel nous n'avions pas pensé auparavant. Pour moi, c'est la grande surprise de cette étude ».

L'article, intitulé « Honey bee stressor networks are complex and dependent on crop and region », publié aujourd'hui dans Current Biology, jette un regard beaucoup plus large sur l'interaction des facteurs de stress et leurs effets. L'équipe qui a réalisé cette étude regroupe des chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique, d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, de l'Université de Victoria, de l'Université de Lethbridge, de l'Université du Manitoba, de l'Université Laval, de l'Université de Guelph et de l'Ontario Beekeepers' Association.

Cependant, les facteurs de stress ne sont pas identiques et n’ont pas le même impact sur la santé des abeilles. Certains facteurs de stress sont plus influents que d’autres – ce que les chercheurs appellent les « influenceurs des médias sociaux du monde des abeilles » – et ont un impact démesuré sur l’architecture d’un réseau très complexe et sur leurs co-stresseurs. Ils ont également constaté que la plupart de ces facteurs de stress sont des virus et des pesticides qui apparaissent régulièrement en combinaison avec d’autres facteurs de stress spécifiques, aggravant les effets négatifs par leurs interactions.

headshot of Postdoc Sarah French
Sarah French

« Comprendre quels facteurs de stress coexistent et sont susceptibles d'interagir est extrêmement important pour comprendre comment ils affectent la santé et la mortalité des colonies d'abeilles mellifères », explique l'auteure principale, Sarah French, stagiaire postdoctorale de la Faculté des sciences, Université York.

« Il y a eu de nombreuses études sur les principaux pesticides qui affectent les abeilles, mais dans cette recherche, nous avons également vu beaucoup de pesticides peu communs auxquels nous ne pensons pas ou n’étudions pas habituellement. Nous avons également découvert de nombreux virus que les apiculteurs ne surveillent ou ne gèrent généralement pas. Voir les facteurs de stress « influenceurs » interagir avec tous ces autres facteurs de stress, qu’il s’agisse d’acariens, d’autres pesticides ou de virus, était non seulement intéressant, mais surprenant ».

French affirme que la façon dont les facteurs de stress des « influenceurs » coexistent avec d'autres facteurs de stress est similaire à la façon dont les humains subissent des comorbidités, par exemple lorsqu'une personne reçoit un diagnostic de maladie cardiaque. Ils sont plus susceptibles de souffrir également de diabète ou d’hypertension artérielle, ou des deux, et chacun a un impact sur l’autre. « C’est similaire à la façon dont nous examinons les colonies d’abeilles. Nous examinons tout ce qui se passe dans la colonie, puis comparons ou fusionnons toutes les colonies pour examiner les schémas plus larges de ce qui se passe et la manière dont tout est lié. Deux ou plusieurs facteurs de stress peuvent réellement s’associer, ce qui entraîne un effet bien plus important sur la santé des abeilles.

Beekeepers sampling honey bees from colonies near canola crops inLethbridge, Alberta for the BeeCSI project. Photo by Shelley Hoover
A beekeeper samples pollen from the comb of a honey bee hive from a colony located near canola crops in Lethbridge, Alberta for the BeeCSI project. Photo by Shelley Hoover

Du Québec à la Colombie-Britannique, les colonies d’abeilles mellifères assurent la pollinisation de certaines des cultures les plus précieuses du Canada : pommes, huile et graines de canola, bleuets en corymbe et nain, soja, canneberge et maïs. L’étude a porté sur plusieurs échelles de temps, fournissant de nombreuses mesures répétées, plutôt que l’habituel instantané unique dans le temps. L’équipe de recherche a découvert que les abeilles mellifères étaient exposées en moyenne à 23 facteurs de stress à la fois, qui se combinaient pour créer 307 interactions.

Les abeilles domestiques représentent une industrie canadienne de plusieurs milliards de dollars. En 2021, les abeilles mellifères ont contribué à une valeur économique d’environ 7 milliards de dollars en pollinisant les vergers, les légumes, les baies et les graines oléagineuses comme le canola, et ont produit entre 75 et 90 millions de livres de miel. Déterminer quels facteurs de stress doivent être surveillés ou contrôlés contribuerait grandement à développer les bons outils de gestion pour le bien-être des colonies, ce qui manque souvent aux apiculteurs.

La recherche fait partie du projet (BEECSI : Outils OMIC pour évaluer la santé des abeilles), qui a reçu un financement de 10 millions de dollars de Génome Canada en 2018. Cette recherche avait pour but d’utiliser des outils génomiques afin de développer une nouvelle plateforme d'évaluation et de diagnostic de la santé des abeilles mellifères en utilisant des marqueurs spécifiques aux facteurs de stress.

researchers sample honey bees at honey bee hives in Lethbridge, Alberta. Photo Shelley Hoover
A beekeeper samples pollen from the comb of a honey bee hive from a colony located near canola crops (Lethbridge, Alberta) for the BeeCSI project. Photo by Shelley Hoover

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre comment les facteurs de stress interagissent et ont un impact sur la mortalité des abeilles domestiques et la santé des colonies à l'avenir, explique French. "Il s'agit vraiment de déterminer lesquels de ces composés pourraient avoir cette relation et comment pouvons-nous tirer parti de cela pour étudier ces relations spécifiques."

Il faut que ces connaissances arrivent bientôt: la santé des abeilles domestiques décline, les mortalités de colonies sont importantes et les abeilles sont affectées à des parasites, à des agents pathogènes et à des facteurs de stress dans le monde entier. Certains apiculteurs du Canada et des États-Unis sont confrontés à une perte hivernale pouvant atteindre 60 pour cent de leurs colonies.

« Notre étude suggère que certaines combinaisons de stresseurs se produisent fréquemment », ajoute Zayed, « et nous les voyons encore et encore, mais nous ne savons pas comment ces combinaisons affectent la santé des abeilles. Notre recherche aide à prioriser les expériences que nous pouvons désormais rapporter au laboratoire et étudier comment ces interactions affectent les abeilles.

-30-

York University is a modern, multi-campus, urban university located in Toronto, Ontario. Backed by a diverse group of students, faculty, staff, alumni and partners, we bring a uniquely global perspective to help solve societal challenges, drive positive change and prepare our students for success. York's fully bilingual Glendon Campus is home to Southern Ontario's Centre of Excellence for French Language and Bilingual Postsecondary Education. York’s campuses in Costa Rica and India offer students exceptional transnational learning opportunities and innovative programs. Together, we can make things right for our communities, our planet, and our future. 

Media Contact: 

Sandra McLean, York University Media Relations, 416-272-6317, sandramc@yorku.ca